lunar crawler Index du Forum
FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  Profil  Se connecter pour vérifier ses messages privésConnexion   S’enregistrer
Auteur Message
<  Alessandro Guiseppe Balsamo (jr.)
Alessandro Balsamo
MessagePosté le: Dim 11 Déc - 22:05 (2011)  Alessandro Guiseppe Balsamo (jr.) --> Répondre en citant

Hors ligne



Inscrit le: 10 Déc 2011
Messages: 16

Alessandro Guiseppe Balsamo
vie et tribulation d'un fils prodigue
Gentilhomme d'argent, d'épée et de romance


« Je n’ai que deux regret dans ma vie : Herbert, mon premier doberman. Ami fidèle et loyale, ta disparition à privée ton maître de son plus beau compagnon. Et mon fils…»
Alessandro Guiseppe Balsamo senior.


Alessandro lors de son intégration
aux forces de défense planétaire



Préface de l'auteur,

Lorsque je fus engagé pour devenir son biographe Alessandro Guiseppe Balsamo junior avait insisté lourdement pour que ce soit moi et nul autre qui s’occupe de relater sa vie, et je cite « pour que l’ensemble de gentilshommes de bons esprits et de bonnes compagnies se souviennent de moi selon mon sens mais avec vos termes. Et puis, à quoi bon écrire quand je peux avoir un nègre. Ah ah ! »

Ce livre de près de six cents longues pages retrace l’existence indolente et aventureuse d’un jeune homme de la meilleur famille se perdant dans les turpitudes d’un monde dur et cruel, mais qui par force de talent, de chance et de bonne rencontre fini toujours par se remettre de ses aléas du destin.

[...]

Extrait du chapitre "D’Alessandro et de sa vie militaire." pages 98,127 et suivante...

« Lorsque j’ai atteint l’âge de mes dix-huit ans, pour me démarquer de mon père qui n’a jamais été qu’un banquier intelligent et méticuleux, j’ai voulu intégrer notre glorieuse garde impériale ! Bon ça n’a pas vraiment marché en fait… »

En effet le jeune Alessandro se trouva en bute d’une force discrète mais terriblement efficace qui voulait préserver l’héritier de bonne famille et qui lui interdisait de rejoindre toute force armée extra-planétaire. Ni les recruteurs de la marine ni ceux de la garde ne l’acceptèrent, et après près de quatre mois à loger au « Draps de satins », le plus dispendieux des bordels de la capitale, et suite à un pari perdu, Alessandro s’engagea dans les Forces de défenses planétaires.

[...]

« Et c’est comme ça que je suis devenu sous-officiers à la logistique. J’étais le sergent pq, je travaillais avec le première classe brosse à chiotte et le caporal eau de javel. C’était nul comme travail. Par chance lorsque mon père à découvert que j’avais quitté les cuisses des prostituées pour ceux de la grande muette, il me fit passer au grade de lieutenant. Lieutenant casse-dalle ce n’était pas plus intéressant. Au moins ça sentait mieux et en plus j’avais accès aux bordereaux de commandes des forces de défenses planétaires. Dès lors j’ai suivi un régime strict de grand guerrier, uniquement de la viande de bœuf rouge et du vin de la même couleur. »

Lorsque son régime fut remarqué Alessandro fut immédiatement transféré loin des bordereaux de réquisition alimentaire des FDP. Une fois de plus à l’évocation de son nom Alessandro eu une nouvelle promotion et se retrouva Lieutenant logisticien chef du minitorium secondaire. Alessandro m’avoua à sa grande tristesse n’avoir aucun souvenir de cette période. Il se montra par contre beaucoup plus prolixe lorsqu’il se retrouva Lieutenant-colonel de brigade mécanisé.

[...]

« J’ai vraiment adoré ce poste. Même le grade, je le trouvais fort charmant. Lieutenant-colonel. Cela donne un genre, c’est très long à prononcer, cela force les gens à vous écoutez et cela les trompes. Lieutenant, oui, mais colonel monsieur ! Enfin bref… Alors mon travail était fort amusant. Le matin une ordonnance me réveiller et il m’habillait. Ensuite je montais dans le Leman Russ de commandement et nous allions observer les manœuvres. Nous pique-niquions avec les femmes des officiers le midi et le soir nous allions au mess chanter des chansons militaires et paillardes. Je me souviens une fois, peu avant ma promotion. Ah ah. J’ai eu une idée pour corser la manœuvre. Ah ah ah. On en a rit ! Mais rit ! Jusqu’à presque suffoquer ! On a fait tirer l’obusier au milieu des manœuvres. Ah ah. La panique. L’obus à traverser de part en part une sentinelle avant d’aller exploser dans une chimère qui passait derrière. On aurait dit que j’avais donné dans un coup de pied dans une fourmilière. »

Suite à cet éclat, et bien que visiblement il n’ai jamais fait le rapprochement avec la chose, Alessandro eu une ultime promotion avant d’être renvoyer de l’armée. Il devint Lieutenant-général, première ordonnance du général de brigade Von Baeur. Deux semaines plus tard, ayant oublié de se présenté à son nouveau poste, il fut renvoyer de l’armée.

Extrait du chapitre "D’Alessandro et de son retour à la vie civil" pages 251, 268, 423 suivantes...

« La première chose que j’ai fait en sortant de l’armée fut d’aller voir mon père et de lui dire cela : Père je sais que c’est vous qui m’avez fait renvoyer de l’armée. Mais je vous en remercie parce que c’était une idée stupide, d’intégrer l’armée. Je vais faire comme vous vouliez, je vais prendre un poste dans la banque familiale. Et là il me dit que nous sommes armateurs et pas banquier. J’avoue avoir été un peu perdu sur le moment. »

Alessandro me raconta alors tout de son intérêt pour le commerce et la vente. Il se piqua d’une passion amusante pour la bourse. Il achetait, revendait, parfois sans jamais rien payer ou même savoir exactement ce qu’il faisait. Il dépensait une partie de sa fortune personnelle et familiale en action boursière compulsive, parfois à l’encontre des demandes et des offres, mais souvent avec panache.

[...]

C’est aussi vers cette période qu’Alessandro commença à prendre conscience de l’importance de sa famille, ou tout du moins de celle de son père.

« C’est vrai que jusque là mon intérêt pour les affaires de père était plus que limité. Je savais qu’il était riche et qu’il prêtait beaucoup d’argent à énormément de monde. Mais sur notre petite agri-lune, cela passait par un immense respect et une peur sacrosainte qu’il ne récupère soudainement ses actifs ou demande ses remboursements. Sur le monde-forge, là où il possédait ses chantiers et ses industries on le considère comme le plus sérieux concurrent du seigneur gouverneur planétaire. En fait c’est plutôt l’inverse… Il faut dire que père est un synonyme de riche. »

[...]

Pour de l’anniversaire des 200 ans de son père Alessandro lui offrir par les FDP, car n’ayant jamais rendu les bordereaux de réquisition et de commande, un Leman Russ entièrement recouvert d’or et parfaitement fonctionnel à son père. Devant un tel cadeau Alessandro Guiseppe Balsamo senior eu, selon la légende, un petit sourire. Le lendemain il chassait son fils de la maison.

« Il était temps c’est vrai que je quitte le cocon familiale. C’est pour ça que je suis partie en vacance. J’ai vendu tout mes biens et toutes mes actions. Ah ah il parait que la bourse à plonger pendant trois jours. Il faut dire que même si mon père ne me donner que des miettes, disons que même ses miettes étaient en or. Bref j’ai acheté une place sur un vaisseau en partance pour Scintilla afin de gouter au luxe feutré des salons de la capitale. »

Alessandro n’arriva jamais à Scintilla en fait. Lors d’une escale sur une petite planète surtout composé d’archipel et dédié aux divertissements des nobles du secteur il se lia d’amitié avec une petite troupe de gentilshommes. Il revendit sa place pour Scintilla à moitié prix et décida de rester quelque temps sur cette planéte.

« Oui c’était une troupe charmante. Nous avons beaucoup ri ensemble. Tout n’était que folles soirées, femmes charmantes, duels d’honneurs. Vraiment j’ai un souvenir charmant de cette époque. Lorsque nous avions besoins d’argents nous en empruntions et je le faisais rapidement fructifié, ensemble nous le dépensions et nous recommencions. Il n’y que lors des derniers mois que cela devint vraiment compliqué pours nous. »

En effets certains membres des gentilshommes étaient très inquisiteurs quand aux origines de tout à chacun, et même si au départ la fortune assumé et décomplexé d’Alessandro avait fait taire les demandes. Avec les épreuves et les difficultés que le comportement décadent d’Alessandro amenait à la compagnie celles-ci revinrent à la charge. Et lorsque certains découvrir qu’Alessandro n’était point noble ils voulurent cesser de le fréquenter.

[...]

« Vraiment, certains étaient plus loqueteux que des ouvriers lorsque je les ai rencontré. A part leurs épées et leurs jolis mots ils n’avaient rien. Moi j’avais l’argent, l’épée et les bons mots. Nous étions faits pour nous entendre. Mais donne à manger à l’affamé, et lorsqu’il n’aura plus faim il te chiera dans la main. Bref je suis partie de mon côté en abandonnant ces prétentieux. Nul doute qu’ils ont tout dépensé et qu’une semaine plus tard ils étaient de nouveaux dans le plus grand besoin. Alors que je résidais dans l’hôtel le plus luxueux de la planète. Du haut de la terrasse donnant sur l’océan, je me plaisais en barbotant dans la piscine à débordement de les imaginer parler de leurs quartiers de noblesses en buvant une bière resservie dans un bouge des bas-fonds. »

[...]

C’est vers cette époque qu’il entretint une liaison prolongé avec la propriétaire du dit hôtel. Une femme de son goût comme il l’a qualifie lui-même. Dont le jugement n’était pas obscurcit par des concepts poussiéreux et dont l’attrait de l’argent concluait avec perfection une carnation douce et voluptueuse.

« Ah ! Cette femme était parfaite en tout point. Je l’ai aimé, trop vite et trop puissamment. Ce furent les trois années les plus indolentes de mon existence. Du luxe, des mets fins, les meilleurs vins, des décors splendides, et une femme avec qui partager mon point de vue et qui aspirait à la même chose que moi. Hélas elle gâcha tout, comme seule une femme peut le faire, en me parlant stupidement de mariage. Le lendemain j’avais quitté les lieux et je cherchais une nouvelle place pour Scintilla. »

[...]

Il est intéressant de noter la redondance de ce genre d’histoire dans la vie d’Alessandro. Dès qu’une femme évoquer le mot mariage une sorte de fuite panique vers l’avant se saisissait d’Alessandro. En tant que biographe je peux me permettre un parallèle intéressant avec Alessandro senior. Marié douze fois et jamais divorcé, dont toutes ses femmes ont eu de tragique accident. C’est aussi sans doute du au fait que les rares fois où j’ai fait mention de sa mère durant nos conversations, Alessandro fut toujours bien en mal de m’en dire quoique ce soit. C’est pourquoi alors que je parachevais cette œuvre, en retournant sur son monde natale, je pris le courage de rencontré son père.


Alessandro quittant son monde natal


[size=16][Extrait]Entretien avec Alessandro Guiseppe Balsamo sr.


Auteur : Je vous remercie infiniment de prendre le temps de me recevoir monsieur. J’espère que les questions que je vous ai fait porter via votre secrétaire ne vous ont pas froissé et que vous accepterez d’y répondre.

Alessandro Guiseppe Balsamo sr. : Ecoute moi, petite merde. Je ne gâche pas du temps avec toi pour autre chose que mon fils errant. Tes questions sont dignes du torche-cul qu’on te paye pour écrire et je n’y répondrais pas. Ici les questions c’est moi qui les pose. Compris ?

A : Monsieur je… oui monsieur. Bien monsieur. Je vous écoute monsieur…

AGB sr : Où est mon crétin de fils ?

A : Sur Scintilla monsieur. Il y est arrivé il y a trois ans maintenant, et il brille dans les salons de la noblesse et des puissants.

AGB sr : Le prend ton pour un bouffon ?

A : Non monsieur… Il… Il est très dispendieux et fréquente beaucoup de monde. Il y a quelques mauvaises langues bien sûr.

AGB sr : La ferme ! Intellectuel. Tu ne gagnes pas assez d’argent pour te permettre de juger de quoi que ce soit. Agit-il contre les quolibets et les moqueurs ?

A : Pardon monsieur… Généralement il… les fait interdire ou leurs lances des duels lorsque ceux-ci sont noble.

AGB sr : Parle-moi de ces duels.

A : Et bien… Il ne fait pas trop état de sa naissance… Et les nobles acceptent par ignorance. Il passe pour un chevalier léger et agréable mais dont il faut ménager l’honneur sous peine de voir son sang verser.

AGB sr : Est-il marié ? J’ai lu dans tes questions que tu as fait allusion au mariage.

A : Non monsieur, il fuit les engagements de ce type comme la peste.

AGB sr : Parfait. Je n’ai pas envi qu’une des putes qu’il lève vienne me réclamer de l’argent. Dernière questions puis je lâche mon chien sur toi. Est-il pauvre ?

A : Non monsieur, il a toujours su trouver de l’argent et commercer intelligemment. Votre chien monsieur ?


Monsieur Balsamo senior à pour passion l’élevage des Dobermans. Une passion comme une autre. Et je dois avouer, tout comme mon médecin, que Valor est une bête magnifique d’une rare puissance et prestance à la dentition excellente.

Ecoutant mon sens du devoir d’écrivain je me suis lancé dans une enquête longue et harassante. J’ai souvent était menacé, et l’on brisa par deux fois mes mains. Mais finalement je fini par découvrir pourquoi Alessandro fuyait avec autant d’insistance les engagements maritaux.

Il faut savoir que son père est douze fois veuf. Que jamais il ne divorça et que l’on dit que c’est par peur d’un jugement défavorable pouvant altérer sa fortune personnel. Les rares informations que j’ai pu obtenir de la part de sources anonymes et que la mère d’Alessandro était d’une lignée noble et que Alessandro senior penser l’épouser pour obtenir un titre de noblesse et ainsi ouvrir de nouveau débouché pour ses entreprises commerciales. Seulement à un moment dans le processus le mariage fut abandonné et Alessandro se retrouva avec pour seul consolation et souvenir un fils bâtard.

"Me voilà donc Libre-Marchand. Je me savais déjà libre et marchand, mais je suppose qu'être officiellement intronisé parmis les pairs de l'Imperium cela à son importance. Ca va en boucher un coin à mon père ça !"
Alessandro Guiseppe Balsamo jr

Revenir en haut
Publicité
MessagePosté le: Dim 11 Déc - 22:05 (2011)  Publicité -->






PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Sujet suivant
Sujet précédent
Page 1 sur 1
lunar crawler Index du Forum -> Les Personnages -> Personae

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


 
Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
AdInfinitum v1.00 ~ mikelothar.com


Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com